Célébration de la journée des Justes

Golfe de Saint-Tropez : 22 juillet 2018

 

 

« Monsieur le Maire,

Mesdames et Messieurs,

 

« Cette période de l’histoire récente de notre pays, j’ai même peine à l’appeler la France tant elle ne correspond pas aux valeurs que je mets sous ce mot, interroge chacun d’entre nous. Ayant comme chacun des révoltes, des colères, des indignations, je me suis toujours demandée si les actes auraient suivi, et c’est cela que les Justes nous apprennent et qui fait la force et l’admiration de tous.

C’est cela que l’on célèbre aujourd’hui le Passage à l’acte ! Celui de votre maman, Mme Romagnan, qui aurait pu perdre sa vie et celle de sa famille pour sauver celle d’une autre.

Mais elle n’a pas pris le risque en considération n’écoutant que sa part de l’Autre comme l’avait si bien écrit Eric-Emmanuel Schmitt, un livre que je vous conseille par ailleurs, qui dit que tout aurait pu être évité !

Cette période noire, des horreurs ordinaires, des traques, des secrets, de l’ombre, des chuchotements, des gémissements et des cris, a pris fin et la France a retrouvé sa dignité grâce aux Justes et à tous ceux qui ont œuvré pour la Résistance à petite ou moyenne échelle et qui ont fait le débarquement de Provence notamment et qui ont permis que la France soit à la table des Vainqueurs.

Enfin en cette journée si importante pour affirmer notre vigilance contre l’antisémitisme, je voudrais que chacun d’entre vous entende en sa tête le début du discours de Pierre François Veil :

« Maman, Maman, Simone Veil était une mère de la République, que chacun d’entre nous ai une pensée pour elle ».

Elle nous laisse en héritage le soin de bâtir une Europe de paix et une place pour les minorités. »

 

Les discours du maire Jean-Pierre Tuveri (au centre), du rabbin de Saint-Tropez (à gauche), Daniel Belaïch et de Sereine Mauborgne (à droite) ont permis de rappeler au public tropézien que le titre de « Juste parmi les Nations » était décerné par l’Etat d’Israël depuis 1953 afin d’honorer des personnes qui ont mis leur vie en danger et sauver des Juifs pendant la seconde guerre mondiale.

Le Var peut ainsi s’honorer de la présence de 17 Justes sur son territoire dont Mme Romagnan et ses descendants.

 

 

Newsletter

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !