J’ai soutenu et voté l’amendement qui supprime  l’avantage fiscal dont bénéficiait l’huile de palme.

Un objectif sans équivoque : cette huile, dont la production ravage les forêts d’Indonésie et de Malaisie, mais aussi les forêts africaines, ne sera désormais plus considérée comme un agrocarburant en France. Aujourd’hui 75 % de l’huile de palme consommée en France l’est dans les carburants. Nous souhaitons, ainsi, inciter les groupes pétroliers à investir localement dans les produits vertueux (biocarburants d’origine végétale ou récupération des « slops » : eaux de récupération de lavage des cuves de navires.)

Avec cet amendement, nous allons plus loin que la directive européenne en refusant de différencier l’huile de palme dite « durable » de celle « non durable ». Cette différenciation pour notre planète étant un non sens absolu.

 

Newsletter

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !